Nouvelle ligne d’Hydro‑Québec : pas d’accord sans acceptabilité sociale

Publié le 13 juin 2019

Au lendemain d’une consultation citoyenne menée par la société d’État Hydro-Québec à propos de son projet de ligne à 120 kV Judith-Jasmin – Boulevard-Labelle, la Ville de Blainville, par la voix du maire Richard Perreault, a tenu à exprimer son opposition. Le premier magistrat s’interroge sur le projet de tracé actuellement sur la table qui traverse des zones sensibles du territoire blainvillois, soit les tourbières (près de la future piste cyclable), le boisé des lacs Fauvel, le secteur industriel de la nouvelle rue Legault et des terres agricoles.

 

« À ce jour, quelques scénarios de tracés ont été discutés avec Hydro-Québec. Celui qui est présentement sur la table n’est pas, à notre avis, le plus optimal pour l’ensemble de la collectivité. À ce jour, il n’existe pas de consensus sur le tracé proposé par Hydro-Québec. De plus, nous sommes en discussion avec l’Union des producteurs agricoles et des cultivateurs pour trouver une solution qui limitera les impacts. Une chose est sûre : il y aura aucun accord de la Ville pour une ligne électrique sans un fort taux d’acceptabilité sociale », a déclaré le maire Richard Perreault.

 

Terres agricoles touchées

 

Des terres agricoles sont situées sur le tracé projeté par Hydro-Québec. Pour l’administration Perreault, la Ville doit s’entendre et travailler en collaboration avec les agriculteurs et leur syndicat, l’Union des producteurs agricoles (UPA), afin de trouver un tracé qui limitera les impacts « Ce sera aux citoyennes et citoyens directement concernés de faire valoir leur point de vue. Leur adhésion est fondamentale. Pour notre part, nous avons déjà fait connaître notre position à Hydro-Québec et nous avons rencontré l’Union des producteurs agricoles qui est en mode solution. Il y a une ouverture à discuter, mais pas à n’importe quel prix! », a conclu le maire Richard Perreault.